Nous prenons le volant d’un Mazda CX-5 pour sillonner l’Estrada Nacional 2, un voyage qui commence au nord du Portugal, à dix kilomètres de la frontière espagnole et se termine à la pointe sud du pays.

Texte Charlotte Briggs / Photographie Ben Roberts

 

Parmi les nombreux road trips qui font rêver les explorateurs en herbe, rares sont ceux qui sont aussi excitants que la N2 au Portugal. Surnommée la Route 66 de l’Europe, c’est la plus longue route du pays : sur 739 kilomètres, elle franchit quatre chaînes de montagnes, onze cours d’eau et vingt municipalités. Cet itinéraire vénérable existe depuis plus de 70 ans. Construit en 1945 dans le but de relier Chaves au nord à Faro au sud, il traverse le centre du pays et offre paysages variés, cuisine et boissons délicieuses, et des sites exceptionnels à visiter en chemin. Nous récupérons notre Mazda CX-5 et nous nous dirigeons vers le début de notre parcours...

 

 

0 KM : CHAVES, DÉPART

Notre voyage commence à Chaves, une ville aux rues pavées à seulement 10 kilomètres de la frontière espagnole. Elle compte des sources thermales naturelles et date de l'époque romaine. Le pont de Trajan, un édifice de pierre portant une inscription latine du IIe siècle, s'y dresse encore. Très vite, nous trouvons la première borne de la N2, qui marque le début de la route et l’inconnu qui nous attend. À peine sortis de la ville, nous croisons des aloès géants et des bergers qui gardent leurs troupeaux. Les oliveraies nous entourent. Il ne reste plus qu’à lancer notre liste de musique programmée avec soin – notre aventure a commencé.   

90 KM : le DOuRO, RéGION vinicole

Les routes accidentées de la vallée du Douro ne sont pas pour les mauviettes (ni ceux qui sont malades en voiture). Mais elles en valent la peine pour les panoramas sublimes, les villas aux tons ocres, les collines ensoleillées et les vignes à perte de vue. Des rosiers roses, des citronniers et des fleurs égayent la verdure dense qui borde la route. Il est facile de s’égarer et, soudain, nous perdons la N2 et nous voilà sur l’un des nombreux chemins qui sillonnent les collines. Notre erreur est cependant récompensée, car nous nous arrêtons à un belvédère d’où nous admirons l’incroyable paysage de la région.

 
DÉTOUR PAR LA N222, LA PLUS BELLE ROUTE DU MONDE

Nous décidons de quitter brièvement la N2 pour emprunter la N222 vers l’est. En 2015, cet itinéraire de 27 kilomètres, qui conduit de Peso de Régua à Pinhão, a été désigné « meilleure route du monde » par le loueur de voitures Avis. Elle passe au cœur de la vallée du Douro, sur la rive sud du fleuve éponyme, en traversant d’innombrables vignobles. Elle compte de nombreux virages en épingles et, comme il se doit pour un site classé au patrimoine mondial par l’UNESCO, des paysages éblouissants.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

118 KM : Pinhão, VILLE DE CARTE POSTALE

La N222 nous conduit à Pinhão, une petite ville au bord du fleuve Douro. C’est le printemps et les rues sont bordées de platanes et de clôtures blanches. La gare est décorée d’azulejos (céramiques peintes à la main), représentant des scènes de vendanges traditionnelles dans les collines environnantes. La vie passe lentement, des hommes et des femmes lisent leur journal du matin aux balcons. Dans le port, on peut voir des rabelos, bateaux traditionnels.

« Les azulejos (céramiques peintes à la main), représentent des scènes de vendanges traditionnelles dans les collines environnantes. »

198 KM : petit détour par PORTO

Depuis Pinhão, nous piquons vers l’ouest sur la N222, pour faire un détour par Porto, l’une des plus anciennes villes d’Europe. Le cœur historique du Portugal est fréquenté par les touristes et les résidents. Nous parcourons bientôt les ruelles étroites du quartier de Ribeira qui nous mènent jusqu’au rivage, où nous admirons les bateaux au crépuscule. Plus tard dans la soirée, nous savourons le fameux porto et des plats traditionnels : bacalhau (le plat national à base de morue) ou risotto à la viande, typique du pays.

« À Porto, l’une des plus anciennes villes d’Europe et cœur du Portugal, nous admirons les bateaux dans la lumière douce du soleil couchant. »

402 KM : ALBERGUE DO BONJARDIM, UN VIGNOBLE TRADITIONNEL

L’une des étapes les plus attendues de notre voyage est la visite de l’un des nombreux vignobles de renommée mondiale du Portugal. Nous sortons des sentiers battus pour nous rendre à Albergue do Bonjardim, un domaine qui se cache dans le tranquille village de Nesperal. Il remonte à 1756 et produit une gamme de vins rouges, blancs et rosés biologiques primés, dont le Bonjardim Reserva, un vin corsé qui atteint sa pleine maturité entre dix et vingt ans.

« Caché dans le tranquille village de Nesperal, ce domaine produit des vins biologiques primés. »

454 KM : MOINHO DE FADAGOSA, UNE NUIT HORS DES SENTIERS BATTUS

Aucun road trip ne serait complet sans une nuit passée hors des sentiers battus. Nous visitons donc le Moinho de Fadagosa, un ancien moulin à vent transformé en chic maison d’hôtes. Les propriétaires britanniques, Simon et Fiona, nous font visiter le charmant et confortable intérieur, en nous expliquant que leur eau provient d’une rivière voisine, sur la berge de laquelle ils viennent d’acheter une ruine qu’ils vont réaménager. Des récipients en argile fixés aux ailes du moulin chantent au grée des vents. Cette technique traditionnelle servait à alerter le meunier d’un changement de temps.

543 KM : LES FORÊTS DE CHÊNE-LIÈGE

Ayant dépassé le point central de notre parcours, nous arrivons dans une des régions productrices de liège. Les chênes-lièges du Portugal comptent pour plus de 60 % du liège produit dans le monde. Nous passons la matinée dans une forêt privée de plus de 400 000 hectares. Le gérant, Paulo Henrique, nous explique que ces chênes peuvent vivre 500 ans. L’écorce est récoltée tous les neuf ans, pendant les mois d’été. Quand un chêne-liège meurt, il est vendu comme bois de chauffage, ce qui rend ce secteur très durable. Coïncidence, les racines de Mazda sont ancrées dans l’industrie du liège. L’entreprise ayant débuté comme fabricant de liège en 1920, sous le nom de Toyo Cork Kogyo Co.

582 KM : CORUCHE, CAPITALE DU LIÈGE

Au milieu d’un paysage de forêts et de champs fertiles, la jolie ville de Coruche est plantée dans une plaine alluviale sur les berges du fleuve Sorraia. Capitale du liège, la ville a été fondée il y a plus de 7 500 ans et compte un Observatoire du liège et du chêne-liège, monument national unique qui enseigne aux visiteurs la valeur écologique des forêts voisines. Le bâtiment lui-même est impressionnant. Conçu par l’architecte Manuel Couceiro, ses parois extérieures et l’intérieur de l’auditorium sont habillés de liège, clin d’œil à la plus célèbre exportation de la région. 

649 KM : LE SUD ET LA LIGNE D’ARRIVÉE

Dans sa partie sud, la N2 semble plus large et ouverte par rapport à son tronçon nord. À l’ombre des arbres qui bordent la route, nous filons entre des champs ou paissent des animaux, ce qui nous donne un petit aperçu de la vie dans cette partie du pays. Brotas, Ciborro, Torrao, Ervidel et Almodôvar sont quelques-unes des villes que nous rencontrons et nous finissons par nous arrêter à Ameixial. Ce petit village, perché dans les montagnes de la Serra do Caldeirão, révèle des maisons blanchies à la chaux et des habitants qui n’en sont jamais partis.

739 KM : FARO, le bout de la route

Après six jours d’un voyage à sillonner le Portugal en tout confort grâce au Mazda CX-5, nous atteignons Faro, la capitale de l’Algarve, sur l’océan Atlantique. Nous fêtons cela avec une coupe de champagne, puis le lendemain, nous explorons la Cidade Velha, la vieille ville. Encerclée par des murs vénérables, c’est un labyrinthe d’architecture portugaise du XVIIIe siècle et de vestiges mauresques datant du VIIIe siècle (les Maures occuperont Faro pendant 500 ans). De nombreux bâtiments proposent un mélange de carreaux de céramique traditionnels et de touches de couleur décoratives. C’est la conclusion parfaite d’une merveilleuse aventure sur la N2. Nous garderons des souvenirs inoubliables de cette Route 66 européenne.

« La vieille ville de Faro est un vrai labyrinthe d’architecture portugaise du XVIIIe siècle et de vestiges mauresques datant du VIIIe siècle. »