Jusqu’où Mazda pousse-t-elle ses voitures pour garantir la sécurité de leurs occupants? Pour le savoir, Mazda Monde visite son centre d’essai de collisions à Miyoshi, au Japon.

Texte Shogo Hagiwara / Photographie Yamasaki Takeshi Needafixer Ltd

Zoom-Zoom travels to the manufacturer’s crash test centre in Miyoshi, Japan, to witness just how far Mazda will push its cars (and technology) to ensure the safety of those that use its vehicles

Story Shogo Hagiwara /
Photography Yamasaki Takeshi 

 

Tension builds as the two cars face each other from opposite ends of a huge, brightly lit corridor. Suspense fills the air in anticipation of each vehicle’s short, violent future. 

We’re at Mazda’s crash test centre in Miyoshi, Japan. Following a cue, the cars – set on a frontal collision course – are propelled into each other at speeds of up to 50km/h. The test takes just seconds, but the sight of two vehicles ramming into each other is chilling, as is the shattering noise.

Yet the destruction is both dramatic and necessary. It is part of the process required to minimise the impact a serious road accident will have on the car’s driver and passengers. 

Having opened in 2018, the centre has staged numerous tests, each geared towards ensuring the brand’s cars are as safe as science and technology will allow.

 

Hiroto Kido has helped develop Mazda’s
crash safety technology for 15 years

 

Hiroto Kido has developed Mazda’s crash safety technology since 2005, and explains why the tests continue to be important: “We carry out a lot of crash tests in virtual environments. But we still need to carry out tests using real cars to prove our various hypotheses.
 
“We look at how impact on the occupants can be minimised in a crash. This involves analysing the car’s structure down to the smallest detail, and installing various safety parts and features throughout the vehicle.”

Kido acknowledges the speed with which computer simulations have progressed is amazing, and that he and his colleagues increasingly use this technology. However, actual crash-testing remains the final hurdle before a production model makes it on to the road. Indeed, it’s the final step of a process that starts at the beginning of a car’s journey to production.

Kido explains: “Our involvement with the development of a new model starts right at the beginning, discussing safety plans in depth with the chief designer and chief engineer. Safety has to be a key consideration; where and how, for instance, the engine or the passenger’s seats are positioned in the car. 

 
 
Skyactiv-Body is a lightweight, rigid-body frame that absorbs the impact of a collision by dispersing it in multiple directions, away from occupants

 
“Then we simulate how much g-force would be experienced by an occupant in the event of an accident where a car slams into another one at a certain g-force. Based on the numbers and data gained from these computer simulations, we investigate further how the impact on the occupant could be minimised.” 

The all-important numbers in an actual crash test are collected from sensors attached to the car and the crash-test dummies. “There are 50 sensors in the car while an adult passenger dummy has up to 100 sensors attached throughout its body, so there is a lot of data to be collected from each crash test,” says Kido. 

“We conduct all types of collision tests, ranging from frontal and rear to diagonal and side impacts. We have more than 40 dummies, but few are identical as each serves a different purpose.”

Depuis 15 ans, Hiroto Kido met au point les technologies de sécurité passive de Mazda.

La tension est presque palpable. Deux voitures se font face, chacune à l’extrémité d’un long couloir très éclairé. Le suspense monte de façon insoutenable. La vie de ces cobayes à moteur sera courte et leur fin, plutôt violente.

Au signal, les voitures sont propulsées l’une vers l’autre à une vitesse pouvant atteindre 100 km/h. La vue de deux véhicules qui se percutent donne froid dans le dos, sans compter le fracas assourdissant. Cette destruction, à la fois spectaculaire et nécessaire, s’inscrit dans le processus visant à minimiser l’impact d’un accident grave sur conducteur et passagers.

Depuis 2018, le centre d’essai de collisions Mazda de Miyoshi est l’hôte de nombreux tests, chacun visant à garantir que les voitures de la marque sont aussi sécuritaires que la science et la technologie le permettent.

Hiroto Kido est en charge de la technologie de sécurité de Mazda depuis 2005. Il explique pourquoi les tests sont toujours aussi importants : « Nous travaillons beaucoup en environnements virtuels, mais nous devons effectuer des tests sur de vraies voitures pour vérifier nos hypothèses. »

« Comment pouvons-nous minimiser l’impact d’une collision sur les occupants? Nous devons analyser en détail la structure de la voiture et y installer une multitude de pièces et composantes de sécurité. »

Hiroto reconnaît que la vitesse à laquelle la simulation informatique a progressé est étonnante, et son équipe l'utilise de plus en plus. Toutefois, les essais de collisions réelles restent la dernière étape avant qu’un modèle prenne la route : cette étape con­clut le processus qui se termine par la mise en pro­duc­tion. « Nous participons dès le départ à la conception d’un nouveau modèle. Nous discutons en détail de l’élaboration de la sécurité avec le concepteur et l’ingénieur en chef. La sécurité est fondamentale. Par exemple, il faut déterminer où et comment le moteur ou les sièges seront positionnés dans la voiture. »

« Nous simulons ensuite la force g que subirait un occupant en cas de collision entre deux véhicules à une vitesse donnée, poursuit-il. Avec les données et les chiffres obtenus, nous étudions comment nous pouvons minimiser l’impact sur ce passager. »

 

La caisse Skyactiv est une structure légère et rigide qui absorbe l’impact d’une collision en dispersant l’énergie dans plusieurs directions, loin des occupants.

 
Ces données très importantes d’un essai réel sont collectés par des capteurs fixés à la voiture et aux mannequins. « Quelque 50 capteurs sont placés dans la voiture et un mannequin adulte compte jusqu’à 100 capteurs fixés sur tout le corps, dit Hiroto. Il y a une multitude de données à collecter à chaque test. »

Tous les types de collisions y passent : chocs frontaux et arrière, latéraux et en diagonale. Le centre possède plus de 40 mannequins, dont peu sont identiques, car ils remplissent des fonctions différentes.

La vidéo joue également un rôle capital dans la collecte de données; une vingtaine de caméras haute vitesse servent lors de chaque test de collision; elles enregistrent toutes jusqu’à 1 000 images par seconde.

Si la technologie de simulation avancée a fait diminuer le nombre d’essais de collisions réelles pour chaque nouveau modèle, l’équipe d’Hiroto effectue toujours un grand nombre de ces tests. 

« Il est faux de croire que plus la conception extérieure est complexe, plus nous devons effectuer de tests. Mais chaque marché possède ses propres réglementations et exigences en matière de sécurité automobile et, pour les respecter, nous procédons généralement à une centaine d’essais de collisions par modèle. »

Des organismes indépendants d’essais de collisions fournissent une évaluation de la sécurité de chaque nouvelle voiture. En général, Mazda obtient d’excellents résultats lors de ces tests, un succès qu’Hiroto attribue au fait que l’entreprise est très exigeante en matière de sécurité.

L'ingénieur explique : « Nous ne visons pas simplement des notes élevées dans des classements comme l’Euro NCAP (le programme européen d’évaluation des nouveaux modèles de voitures), précise-t-il. Nous visons plus haut. Cela fait partie de la philosophie de Mazda et, à cet égard, notre technologie de structure de répartition de l’impact dans plusieurs directions en est un bon exemple. »

 
 

« Nous avons plus de 40 mannequins, presque tous différents, car chacun a sa fonction. »

Tel est le concept central ayant présidé à la conception de la carrosserie Skyactiv, qui disperse l’énergie de l’impact dans de multiples directions, améliorant ainsi les performances de sécurité en cas d’accident. « Chaque constructeur possède ses exigences en matière de sécurité, avance Hiroto, mais ce qui distingue Mazda, c’est notre analyse détaillée de divers scénarios d’accidents et de leur impact sur les occupants du véhicule. »

« L’objectif des tests est de minimiser l'impact d’une collision sur les occupants et les piétons en réduisant la gravité des blessures. Notre activité est centrée sur l’humain, un principe au cœur de la conception des véhicules Mazda. »

Grâce à l’utilisation croissante des toutes dernières technologies, Mazda vise un monde sans accidents et y travaille activement. Est-ce une vision réaliste? La réponse d’Hiroto Kido : c’est un « oui » catégorique.

« Chaque année, des dizaines de milliers de personnes perdent la vie dans des accidents de la route, déplore-t-il. Il va sans dire que le meilleur scénario serait celui d’un monde sans accidents et c’est l’objectif ultime de notre entreprise. Mais en attendant, nos dispositifs de sécurité de pointe peuvent – et vont – sauver des vies. C’est pourquoi nous nous efforçons constamment d’intégrer des solutions de sécurité de pointe aux véhicules Mazda pour protéger leurs occupants. »

LA SÉCURITÉ D’ABORD

Les véhicules Mazda obtiennent d’excellents résultats lors d’évaluations indépendantes de la sécurité dans le monde entier. Ainsi, aux États-Unis, l’Insurance Industry for Highway Safety a attribué à la Mazda3 le titre de Top Safety Pick+ , et au CX-30, celui de Top Safety Pick.

Le programme européen d’évaluation des nouveaux modèles (NCAP) a donné à la Mazda3 sa meilleure évaluation en matière de sécurité, avec une note de 98 %, avant de la détrôner en donnant une note de 99 % au CX-30.

Enfin, l’Australasian New Car Assessment Program a accordé des notes de 98 % à la Mazda3 et de 99 % au CX-30. 

POUR EN SAVOIR PLUS

 
AWARD-WINNING SAFETY

Mazda’s new-generation cars have fared extremely well in independent safety assessments across the world. In the European New Car Assessment Programme, the Mazda3 was the joint safest car ever rated, at 98 per cent for Adult Occupation Protection – until it was overtaken by the Mazda CX-30, which achieved 99 per cent. 

In the US, the Insurance Industry for Highway Safety awarded the Mazda3 Top Safety Pick+ status while the CX-30 was considered a Top Safety Pick. And the Australasian New Car Assessment Program also rated the Mazda3 at 98 per cent for Adult Occupation Protection and the CX-30 at 99 per cent.
 

FIND OUT MORE