Le coupé R360 souffle ses 60 bougies. Pleins feux sur la toute première Mazda de tourisme , la référence pour les modèles de la marque qui l’ont suivie.

Texte Shogo Hagiwara

Le siècle d’histoire de Mazda abonde en modèles révolutionnaires, mais très peu se démarquent de manière aussi frappante que le coupé R360, premier véhicule de tourisme de la marque. Lancé en 1960, il a joué un rôle crucial en faisant de Mazda un acteur majeur de l’industrie automobile.

Le R360 a pris par surprise le secteur et le Japon tout entier. C’est que son prix a immédiatement attiré l’attention : 300 000 yens, soit 20 % de moins que le prix moyen de ses rivales. Un attrait majeur parmi bien d’autres pour tout acheteur potentiel. 

Mais ce petit prix était-il subordonné à une piètre qualité? Mazda a prouvé le contraire en équipant sa voiture de composants et de technologies de pointe. Plutôt que d’un moteur à deux temps, choix habituel de l’époque, le R360 fut doté d’un moteur à quatre temps (un bicylindre en V de 356 cm3 refroidi par air produisant 16 ch). À lui seul, ce composant était du jamais vu pour une petite voiture au Japon. 

Ce moteur novateur a contribué à améliorer la durabilité et la consommation de carburant du coupé, cette dernière passant de 3,8 L/100 km à 3,1 L/100 km en moyenne, pour une voiture du même type. Une statistique renversante.

Mais l’innovation ne s’arrêtait pas là. La structure du moteur était composée d’une quantité importante d’alliage de magnésium pour en réduire le poids, autre nouveauté à l’époque. La voiture était également dotée d’une suspension indépendante aux quatre roues, qui offrait un confort exceptionnel. D’autre part, une transmission automatique en facilitait grandement la conduite.

Combinées à une carrosserie bicolore caractéristique et à une allure avant-gardiste signée par l’un des plus grands designers industriels du Japon, ces avancées technologiques ont permis au coupé Mazda R360 de remporter un succès exceptionnel auprès du public japonais.

Le r360 a joué un rôle crucial en faisant de Mazda un acteur majeur de l’automobile.

Mais comment Mazda a-t-elle réussi ce tour de force à une époque où tant d’acteurs de l’industrie automobile n’y croyaient pas? Grâce à la « vision pyramidale » préconisée par le troisième président de Mazda, Tsuneji Matsuda, fils visionnaire de Jujiro Matsuda, le fondateur de l’entreprise. 

Au début des années 1960, le Japon était en pleine mutation. Il accueillait les Jeux olympiques et sa population, qui jouissait d’une augmentation du revenu moyen, était en quête d’un meilleur mode de vie. Bref, le pays était mûr pour embrasser la voiture à la portée de tout le monde.

Sentant le contexte changer, Matsuda s’est vite rendu compte que la catégorie socioprofessionnelle des propriétaires potentiels de voitures allait former une pyramide, le grand public à la base et les plus nantis en haut. 

Avec ce principe de vision pyramidale, Matsuda a fortement insisté pour que Mazda conçoive de nouvelles voitures abordables pour le plus grand nombre, et non seulement pour une poignée de privilégiés. Cette vision allait rapidement porter ses fruits. « J’étais curieux de savoir ce que le grand public penserait de notre toute première voiture de tourisme, le coupé R360. »

« J’ai donc décidé de faire un essai routier jusqu’à une ville à environ 50 kilomètres d’Hiroshima. Dès notre arrivée, les résidents sont venus admirer la voiture, dont ils connaissaient l’existence grâce à notre travail de relations publiques. Très impressionnés, ils ne pouvaient pas croire qu’ils allaient pouvoir s’offrir une voiture aussi élégante. »

« C’est ce que nous espérions, poursuivit Matsuda. J’étais si heureux de voir que les gens étaient impatients de se payer la nouvelle voiture que nous leur proposions. »

Le coupé R360 est vite devenu un succès. En mai 1960, après une année de préparation, Mazda a lancé la voiture dans tout le pays. Avant même le lancement officiel, la société a reçu des commandes pour quelque 4 500 voitures. À la fin de l’été, les ventes mensuelles avaient grimpé à 2 000 véhicules, et elles continuèrent d’augmenter, atteignant le chiffre record de 4 090 en décembre. Le chiffre des ventes totales pour 1960 montre que Mazda a produit 64,8 % du marché des petites voitures cette année-là. On connaît la suite : une véritable légende était née.

 
100e ANNIVERSAIRE


Soixante ans après son lancement, l’emblématique coupé R360 continue d’exercer une influence chez Mazda. Pour célébrer le centenaire de la marque, plusieurs modèles font l’objet d'une Éditions Spéciale au Canada. Cliquez sur le lien ci-dessous pour en savoir plus.